Etudiante riche = prostituée?!

Publié le par July

Si j’ai des problèmes d’argent c’est parce que je suis étudiante. Si, si quand je travaillerai ce ne sera plus comme ça !! ^^

Mais rassurez-vous je ne vais pas me prostituer pour autant ! Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais ces histoires de prostitution étudiante me révolte. Déjà parce que je ne trouve pas ça crédible. On a vu qu’une seule fille à la TV, toujours la même qui avouait tellement de choses inavouables… Entre les bourses, la CAF, les jobs étudiants et les parents je ne comprends pas comment on peut se retrouver à un tel point… Au point de dire « c’était de l’argent facile » il est là le vrai problème, la fille a même avoué avoir réussi à se faire une paye annuelle en un mois mais ça ne l’a pas empêchée d’arrêter!!! On ne parle donc plus d’un problème d’argent mais d’addiction ! Donc voilà c’est quelque chose qui me révolte et dont je pourrais parler des heures. Faire d’un cas presque particulier une généralité et surtout une banalité !! Donc non, je ne me prostituerai pas !

Donc le problème c’est que j’ai voulu faire mes comptes, je les suis toujours de près ! Euh… sauf cet été je ne sais pas ce qui m’a pris mais j’ai un peu flambé sans réfléchir (fringues, téléphone, sorties, voyages). Bilan des courses : deux voyages programmés et à peine de quoi les régler ! Et on ne parle même pas des dépenses annexes! J’ai envie de m’applaudir ! Il faut dire pour ma défense que je n’ai pas encore eu mes payes d’août et septembre mais elles seront certainement assez minces…

Je passe donc au plan d’attaque : je continue évidemment de travailler au Théâtre, je continu quelques tests cosmétiques mais ils ont déménagé et leur nouvel emplacement m’arrange beaucoup moins ! Je vais bosser la dernière semaine de décembre à l’hôpital 6 heures pendant 4 jours.
Mais même avec le calcul de ces revenus la situation reste délicate… Je me demande donc si je dois accepter ce boulot qu’on me propose : donner des cours de théâtre (en plus de ma pièce) 3 heures par semaine… Je ne connais pas encore toutes les conditions, mon cœur dit oui, ma tête dit non, et voilà je suis déjà dans le pétrin !!!


Publié dans July's agenda

Commenter cet article

Pechiches 23/07/2009 14:45

Bonjour les filles,Je surfais sur le net et je suis tombée sur ce blog. Je me suis dit que j'allais intervenir.Alors avant toute chose, je suis étudiante en droit et je me prostitue pour joindre les deux bouts. Alors si je compte bien, selon vous, on serait maintenant deux.Je vous félicite les filles de ne pas avoir eu à en arriver là, mais nous n'avons pas toutes la même chance.July, tu fais référence aux bourses, aux petits boulots et aux parents qui, selon toi, devraient permettre de ne jamais tomber si bas. Alors, pour ton information, certains d'entre nous appartiennent à la catégorie dite "bâtarde": trop riches pour bénéficier d'une aide quelle qu'elle soit, mais également trop pauvres pour subvenir à leur besoin. De plus, tout le monde n'est pas choyé, chouchouté et aidé par ses parents...alors question: quand on est en rupture familliale, qu'est-ce qu'on fait? On ne fait pas d'études?Je te vois venir, on trouve un petit boulot. Et tu as raison! A ce jour, j'ai cumulé, en même temps que mes études parfois jusqu'à deux jobs étudiants: serveuse, surveillante de collèges, animatrice centre de loisirs, téléprospectrice, secrétaire, hôtesse d'accueil, traductrice, etc...Seulement arrive un moment, en fin de cursus, où il ne s'agit plus d'aller tranquillement s'asseoir à la fac, à des horaires plus ou moins violents, arrive un jour la période des stages!Je ne sais pas si tu le sais, mais un stage dans un cabinet d'avocat c'est 9h-20h en moyenne (mais en réalité, très souvent, on finit bien plus tard que cela) pour la généreuse somme de 300€.Par conséquent, à mons d'être la déesse Shiva, ou d'être dotée du don d'ubiquité, tu ne peux aspirer qu'à un job d'appoint le weekend (peu rémunéré également). Et là, je te pose la question: encore une fois que faire?Alors, oui, c'est triste, mais c'est comme ça, deux étudiantes en France (et pas plus, si tu préfères voir les choses comme ça) se prostituent pour payer leurs études et respirez...payer leurs loyers, leur nourriture, leurs vêtements, leurs frais de scolarité et respirez...respirez comme respirent celles qui n'ont pas à le faire...Tu sais ce n'est pas une vocation, pas un loisir, pas un hobby non plus. On n'est pas ravie et super excitée quand faut y aller. Je ne le souhaite à personne, et encore moins à moi-même. Mais, il faut bien les faire ces études-là, non?! Alors, même si c'est glauque, peu valorisant et difficile, on le fait...parce que, crois-moi, finalement, respirez n'a pas de prix!

Koyangi 27/09/2008 17:54

Pauvre July, je compatis ! C'est vrai que c'est galère la vie d'étudiante et je trouve incroyable que tu travailles autant pour t'en sortir. Tu es vraiment courageuse et je t'admire beaucoup. Bravo ! Quant à se prostituer, chacun son truc, mais je pense que tu fais bien de ne pas le faire. Tout dépend si ton corps et ton coeur sont plus importants que ton porte-monnaie ! Evidemment, pour certaines, c'est peut-être plus facile de s'allonger que de travailler des heures et des heures. Pour ma part, c'est impensable ! Même si par malheur, je devais me retrouver à la rue, je crois que je préférerais faire des ménages (même si je ne suis pas super douée ;o)), travailler dans les champs ou n'importe quoi plutôt que de faire le trottoir. En plus, je n'ose pas imaginer les rencontres sordides que tu peux faire si tu n'as pas de chance. Courage, July ! Et gros bisous en pensant bien à toi !

July 28/09/2008 14:54


Je ne suis pas si courageuse que ça... je le serais si j'arrêtais de dépenser!! lol